Herboristerie

Les terres de la réserve navajo, en apparence arides, abritent de nombreuses espèces végétales : pins ponderosa, épicéa, chênes, cèdres, Mesa Verde Cactus (Sclerocactus mesaeverdae), armoise, genévrier, familles de yucca dont l’arbre de Josué…  Plusieurs micro-climats permettent à ces différentes variétés de prospérer : en traversant la réserve d’est en ouest ou du nord au sud, les paysages de steppes font place au désert et aux chaînes montagneuses (Lukachukai Mountains, Chuska Mountains, Colorado Plateau…)

De nombreuses plantes ont trouvé leur place dans le quotidien des Navajo. Les racines de yucca ont longtemps été utilisées pour fabriquer un shampoing naturel et le bois des pins ponderosa comme un revêtement permettant d’isoler les sols ou les toits. Souvent les plantes sont désignées par une expression qui renvoie à ce que peuvent suggérer leurs formes : serres de chouette, celui qui a cinq doigts etc…

Leland C. Wyman et Stuart K. Harris publient en juin 1941 dans le The University of New Mexico Bulletin, une recension des différentes plantes utilisées par les Navajo. Leur classification de 75 pages regroupe les plantes en fonction de leur domaine d’action: afflictions gastro-intestinales, respiratoires, problèmes musculaires etc…

Consultable en cliquant ci-dessous:

Navajo Indian Medical Ethnobotany

Nous ne recommandons évidemment pas le recours aux herbes dont l’usage médical sera détaillé ci-après. Mais, cette courte liste sera l’occasion de découvrir des espèces végétales qui ont permis aux Navajo de se soigner depuis des lustres, bien avant l’arrivée des missionnaires docteurs ou l’érection des premiers hôpitaux dans la réserve. La médecine traditionnelle navajo étant ritualistique, subordonnée à la mise en scène du mythe sacré lors de la Voie par le patient, son hataali  et ses proches, je détaillerai également rapidement le rôle joué par quelques plantes mentionnées dans le processus de guérison cérémonial.

Usage quotidien des plantes (recettes de cuisine, produits beauté « maison »…)

  • Racines de yucca : shampoing.
  • Rhus Trilobata : également connu sous le nom de Squaw Bush, Ill scented sumac, Kose Otsi (en Zuni), Lemonade Sumac, Skunk bush sumac, Squaw Berry…

Diverses utilisations culinaires pour les baies au goût citronné: limonade, édulcorant lorsque les baies sont mixées avec du mais, gâteau, porridge…

Bush berries, Rhus Trilobata© Nausica Zaballos, 2011, près de Flagstaff...

Bush berries, Rhus Trilobata
© Nausica Zaballos, 2011, près de Flagstaff…

  • Physalis pubescens: les baies de la Physalis pubescens peuvent être récoltées pour faire des confitures. Elles peuvent aussi être séchées et incorporer à de la farine de blé.
  • Manzanita: Arctostaphylos pringlei appartenant à la famille des Ericaceae (l’arbousier, les myrtilles)Les baies peuvent être mangées crues ou transformées en confiture.
  • Prickly Pear ou Opuntia phaecantha: Cactus de la famille des Cactaceae. Le Navajo qui désire utiliser ce cactus doit arracher l’un de ses cheveux avant de « cueillir » cette plante.
    Cela évitera au cactus de mourir avant de livrer ses bienfaits. Les feuilles de ce cactus peuvent être mangées séchées, crues, ou sous forme de confitures…

Protection rituelle :

De nombreuses plantes sont utilisées pour conjurer le mal ou l’écarter de la demeure où se déroule la cérémonie :

  • la sauge, le genévrier et l’artemise (artemisia trifida) sont souvent brûlés afin de récolter des cendres noires qui permettront de recouvrir les portes des hogan ou de noircir les corps du patient et de personnes assistant à la cérémonie.
artemisia1

Artemisia

  • Astragalus : également appelée Locoweed, Rattlepod. Certaines espèces de cette plante sont supposées pouvoir tuer ou rendre aveugle.
  • Une brindille de genévrier des Rocheuses (Juniperus scopulorum) est parfois glissée dans le chignon en guise de protection.
  • Usage médicinal :
  • Rhus Trilobata : baies contre les ballonnements, reflux gastriques et aigreurs d’estomac…

Les Navajo prêtaient également aux feuilles des propriétés contraceptives.

  • Five-fingered ones : potentilla ou cinquefoil, également connue sous le nom de « The Hands that face the sun », cette plante est utilisée dans les Life-Way ceremonies et pour toute blessure.
five-fingeredone

Five-fingered one

  • Saule : son écorce est utilisée pour calmer la douleur (analgésique) et comme anti-inflammatoire.
  • Helenium hoopesii : owl’s claws, utilisé comme remède contre les syndromes menstruels, antivomitif…Un chewing-gum peut-être obtenu à partir des racines.
  • Mormon tea: (ephedra trifurca) également appelée Joint-Fir, sa tige contient de la caféine et de l’éphédrine. Les Navajo ont pour habitude de mâcher les tiges de Mormon tea pour étancher leur soif lors de leurs déplacements. Des tisanes de Mormon tea étaient autrefois utilisées pour lutter contre la syphillis. Le malade s’asseyait au centre du hogan au-dessus d’un trou dans lequel le hataali faisait brûler la plante avec du charbon auquel il ajoutait des poils de rat, de bison et de chauve-souris. La fumée noire colorait la peau du malade…
  • Heuchera bracteata : en mixant les feuilles de cette plante avec celle de l’Aplopappus lanuginosus, on prépare un remède contre les maux de dents. La pâte est chauffée sur une pierre brûlante puis mise en contact avec la dent douloureuse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *