Quatre montagnes

Fonction symbolique et réalité géographique des quatre montagnes sacrées.

Navajo universe resize

Courtesy Peter Gold, Navajo and Tibetan Sacred Wisdom.

Selon le mythe de Origines, les Navajo émergèrent de mondes inférieurs.

Ils acquéraient de nouveaux savoirs et prenaient progressivement forme humaine au fil de leurs montées. Le chaos, l’obscurité faisaient place à la lumière et à l’organisation spatiale et sociale.

Les montagnes sacrées existaient dès le premier monde. Après chaque ascension, les Navajo recréaient les quatre montagnes sacrées à l’aide de pincées de terre prélevées dans leur univers précédent. Aujourd’hui, à la surface du monde scintillant, notre monde actuel, les quatre montagnes recouvrent une réalité physique. Chacune d’entre elles est associée à un point cardinal, une couleur, des êtres sacrés…

mondes inf

Courtesy of Robert Johnson, Navajo Museum, Window Rock.

Au nord, on trouve le Mont Hesperus, Depentsa (Big Sheep) dans les Plata Mountains. A l’est, on trouve Blanca Peak (Black Belted Mountain)  située au Nouveau-Mexique. La montagne sacrée associée au point cardinal sud est Tsoodzil ou Mont Taylor (la montagne turquoise) Dans les San Francisco Peaks, plus à l’ouest de la réserve, se trouve le Mont Humphrey.

Blanca Peak (Tsisnadzhini) symbolise l’enfance, la couleur blanche et le coquillage blanc. Garçon et Fille Aurore y demeurent avec les représentants du Peuple Pigeon.

Blanca Peak est surmontée par la lumière de l’aurore. Elle abrite aussi l’éclair blanc, les nuages sombres et la pluie mâle. Sa divinité tutélaire est Dieu qui parle.

Tso’dzil ou Mont Taylor est associé à la couleur bleue, la turquoise, l’âge adulte et la mi-journée. Garçon et Fille Turquoise y habitent avec les rouge-gorges bleus. Mont Taylor est surmonté par le ciel bleu, il est fixé à la terre par un cordon de pluie. La divinité tutélaire de Mont Taylor est Dieu-Noir.

Le Mont Humphreys « Dokoslid » dans les San Francisco Peaks à l’Ouest correspond lui à la couleur jaune, l’ormeau, la fauvette jaune et la mort. La montagne est surmontée par la lumière jaune de la fin du jour. Elle est attachée à la terre par un rayon de soleil. Sa divinité est Dieu qui appelle.

La Plata Mountains est, elle, traditionnellement représentée par la couleur noire, l’obsidienne, le recommencement. Garçon Pollen et Fille Sauterelle y résident. C’est également la demeure des animaux sauvages.

Le lieu de l’Emergence se situe au centre des quatre montagnes sacrées. Les quatre monts délimitent le corps d’une entité vivante. Gobernador Knob se dresse entre les quatre points cardinaux, c’est le cœur de la Terre. Les poumons se situent à Encircled Mountain.

Les quatre montagnes sacrées délimitent le pays navajo, elles symbolisent les frontières entre la terre ancestrale des Navajo et le reste du monde. Elles permettent d’instituer une barrière naturelle entre ce qui est sacré et ce qui risque d’être dangereux pour les Navajo. Dans l’enceinte délimitée par les quatre montagnes sacrées, la maladie n’a pas lieu d’être à condition que les habitants de Dinetah respectent les enseignements transmis par les Yei.

Les quatre montagnes sacrées ne correspondent en aucun cas aux limites politiques ou juridiques de la réserve. Certaines se situent en dehors de la réserve navajo et donc de la juridiction du Conseil Tribal. Par conséquent, dans le cadre de la protection du patrimoine religieux, le peuple navajo est parfois impuissant face à la désacralisation de sites sacrés.

De nombreux Navajo s’insurgent ainsi contre le projet qui vise à faire des San Francisco Peaks un complexe de ski qui utiliserait les rejets d’eaux usées pour fabriquer de la neige artificielle.

sanfranciscopeaks

Sur la route qui mène au Lowell Observatory, les San Francisco Peaks, juillet 2011.
© Nausica Zaballos, 2011.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le différent qui oppose l’Arizona Snowbowl Resort Limited Partnership et le United States Forest Service (USFS) aux Navajo soucieux de l’environnement et du respect des traditions religieuses, vous pouvez consulter le site de la coalition navajo « Save the Peaks »

http://www.savethepeaks.org/

Pour signer la pétition en ligne.

Pour une vision d’ensemble des principaux sites sacrés nord-amérindiens et des différentes poursuites judiciaires intentées par les tribus et nations souveraines amérindiennes pour la préservation des lieux de mémoire ou de cérémonies, un document de la Northern Arizona University :

SacredLands ToolKit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *