Cérémonies navajo

Le terme Voie désigne une cérémonie navajo. Il existerait aujourd’hui une trentaine de Voies.

Certaines ont disparu faute de pouvoir être transmises à la mort des hataali qui les réalisaient.

Celles qui sont menacées de disparition comme la Voie de la Perle, la Voie de l’Eau, la Voie de la Plume, la Voie de la Fourmi, la Voie du Serpent et la Voie de l’Aigle sont enseignées en priorité aux hataali qui prennent part au programme de formation financé par le Conseil Tribal.

Les Voies permettent soit de restaurer l’harmonie hozho– et de guérir le patient (Voie de la Nuit, Voie de la Bénédiction) soit de se prémunir ou de se défendre contre des agents pathogènes (Voie de l’Aspiration).

La réalisation des cérémonies navajo implique une mise en scène d’événements appartenant au passé mythique du Peuple. La Voie fait le lien entre le passé sacré et le présent profane. Les cérémonies navajo sont la reconstitution –à travers la médiation picturale et les chants- d’épisodes qui relatent la première occurrence de certaines maladies.

Selon les mythes navajo, chaque maladie trouve son origine dans le passé. Il suffit au patient de se plonger dans l’histoire communautaire, de se remémorer les aventures des héros mythiques et de leurs alliés ou ennemis –les Yei – pour identifier le comportement qui a engendré mal-être et souffrance.

Les manifestations de la maladie – dysfonctionnement organique ou psychique- entravent le lien social. Mais, selon l’étiologie navajo, l’apparition du mal est déjà en elle-même symptomatique de comportements ou d’attitudes qui vont à l’encontre des enseignements transmis par les Yei.

Pour empêcher la maladie, la mesure doit gouverner toute interaction sociale. Les patients originels sont souvent des individus relégués par leur communauté aux marges de la société. Vantards ou au contraire trop timides, ils doivent affronter leurs peur et prendre conscience de leurs limites pour acquérir la sagesse et la force nécessaires à leur guérison.

A travers la représentation picturale, le hataali  rappellera au patient quels sont les tabous à ne pas transgresser et comment s’assurer une bonne vie à l’abri des attaques des sorciers.

La Voie est donc un chemin permettant de passer d’un état de mal-être à un état de renouveau psychique, physique et affectif: les trois dimensions étant étroitement liées dans le traitement de la maladie.

La Voie est également le moyen dont se sert le hataali pour parvenir à son but. Lors de la Voie de la Beauté, le hataali réintroduit dans la vie du patient un élément de perfection sublime afin qu’il reprenne goût à la vie. De la même manière, la Voie de la Perversion, cette fois-ci utilisée par les sorciers, comportera des pratiques pervertissant la symbolique des autres Voies afin de rendre le sujet (ou plutôt l’être humain considéré comme objet) conciliant et réceptif à l’action des porteurs de peau. Pour que la guérison soit effective, il faut donc qu’il y ait une identification entre le patient et le héros mythique représenté par la peinture de sable.

Presque toutes les Voies découlent de la Voie de la Bénédiction. La Voie de la Bénédiction décrit la naissance providentielle de Femme Changeante. De son accouplement avec le soleil naîtront les Jumeaux Héroïques qui extermineront les monstres issus des désordres sexuels des premiers Navajo.

La Voie de la Bénédiction est