Native American Church

Même si les questionnaires soumis par le Bureau of Indian Affairs aux Navajo en 1916 et 1919 ne font pas état de consommateurs de peyote parmi les Navajo, ces derniers ont dû dès les années 1920 entrer en contact avec des membres de la Native American Church. Sam Lone Bear introduisit le rituel Cross Fire dans l’Utah auprès des Utes. Entre 1918 et 1952, John Peak Heart organisa de nombreuses cérémonies.

sammylonebear

Sam Lone Bear

La religion prônée par les membres de la NAC s’inscrit dans un mouvement pan-indien. En effet, la religion du peyote apparut au Mexique. Pour accompagner leurs rites, certaines tribus commencèrent à ingérer cette plante qui recèle une substance hallucinogène – la mescaline.


L’usage du peyote fut popularisé aux Etats-Unis par les Comanche et les Kiowa à la fin du XIXe siècle.
Au cours des décennies suivantes, de nombreuses tribus adoptèrent le peyote comme un moyen d’enrichir leurs relations aux esprits et gardiens du savoir. Les pratiques des consommateurs de peyote varient donc d’une tribu à l’autre, voire d’un individu à l’autre. En effet, s’il existe certaines pratiques communes aux différentes assemblées de la NAC, le roadman est libre d’instituer de nouveaux rituels et modes de communication avec les esprits.

Bien qu’elle connaisse aujourd’hui un développement florissant parmi les Navajo, la Native American Church n’a pas toujours été la bienvenue dans la réserve. Navajo acculturés ou traditionalistes unissaient parfois leurs forces contre la NAC. Les uns, arguant des raisons médicales, s’inquiétaient des effets néfastes du peyote sur l’organisme, les autres estimaient que les rituels de la NAC constituaient une menace pour les traditions spirituelles navajo.

Brève Chronologie :

  • 1918 : le mouvement s’organise sous le nom de Native American Church à l’initiative des consommateurs de peyote de l’Oklahoma qui veulent se doter d’une structure permettant de se défendre face aux poursuites du gouvernement fédéral et des états.
  •  25 janvier 1938 : deux célébrants NAC sont arrêtés pour possession de substance illégale. Ils sont condamnés à 60 jours de prison.
  • juin 1940 : le Conseil Tribal navajo se penche sur la question du peyote à la demande de J.C. Morgan, protestant prosélyte pourfendeur de catholiques et de praticiens traditionnels. J.C. Morgan étaye ses critiques à l’encontre des consommateurs de peyote grâce aux conclusions publiées par Howard Gorman dans un rapport intitulé « The Growing Peyote Cult and the Use of Peyote on the Navajo Indian Reservation. » [1]

La Résolution No. CJ-1-40 est votée.

Les personnes qui participent aux réunions de la NAC ou utilisent du peyote à des fins rituelles sont passibles de poursuites légales. Ils risquent jusqu’à 9 mois d’emprisonnement et une amende de 100 dollars.

resolution CJ

  • 1951 :
    Le docteur Salsbury, Commissioner of Public Health dans l’état d’Arizona, ex-directeur de la mission presbystérienne de Ganado, dénonce les méfaits du peyote dans une série d’articles parus de mai à juin dans des journaux de l’état. L’édition du Time du 18 juin se fait l’écho de ses craintes.
Clemence Salsbury à ma mission de Ganado

Clemence Salsbury à ma mission de Ganado

Cinq anthropologues insistent sur l’absence de nocivité du peyote utilisé de manière rituelle par les membres de la Native American Church- Weston La Barre, David P. McAllester, J.S. Slotkin, Omer C. Stewart et Sol Tax –  (Science, 114: 582-583)

  • 1959 :

    Légalisation de la consommation de peyote pour les membres de la NAC au Nouveau-Mexique.

    U.S. Court of Appeals, Tenth Circuit, 1959, Native American Church of North America vs. The Navajo Tribal Council. No 6146) Norman Littell, avocat et conseiller de la tribu, remporte une bataille juridique face à la Native American Church et le gouvernement fédéral. [1] Grâce à cette victoire, le Conseil Tribal n’a pas à respecter les droits constitutionnels garantis par le premier amendement aux membres de la NAC, la tribu n’étant pas tenue aux mêmes obligations que les états.

  •  1962 : incarcération à Needles en Californie de trois Navajo employés par les chemins de fer (the Santa Fe Railway). Ils avaient érigé un hogan à l’intérieur duquel ils consommaient du peyote.
  • 1964 : les trois Navajo de Needles, défendus par l’American Civil Liberties Union, sont relaxés par la Cour Suprême de Californie qui condamne la violation de leurs droits constitutionnels.
  • 1966 : Publication du premier grand ouvrage sur les Navajo et le peyote, The Peyote Religion among the Navajo par David Aberle, (éditeur: Aldine, Chicago)

    Élection de Raymond Nakai qui réalise ses meilleurs scores dans les circonscriptions comptant un nombre important de sympathisants NAC.

    Raymond Nakai, journaliste radio et futur président de la Nation Navajo.

    Raymond Nakai, journaliste radio et futur président de la Nation Navajo.

    Limogeage de Norman Littel qui avait contribué à la politique anti-peyote du Conseil Tribal par le passé.

    Les utilisateurs de pyote en tarritoire navajo n’ont plus à craindre de poursuites.

    Raymond Nakai avec Robert Kennedy

    Raymond Nakai avec Robert Kennedy

 

KTNN, Navajo radio, 2006.

KTNN, Navajo radio, 2006.

  • Février 1993 : le président de la Nation Navajo, Peterson Zah, prend la parole devant des membres du Senate Select Committee on Indian Affairs pour défendre le droit de posséder et d’utiliser du peyote à des fins rituelles.  

Pour éviter d’être poursuivis par les états, les membres de la NAC appréhendés en possession de peyote devaient pouvoir être en mesure de fournir des documents permettant de justifier leur appartenance à la NAC.

Peterson Zah affirme : « Persecution and discrimination are consistently experienced by members of the Native American Church outside of the Navajo Nation.« 

Peterson Zah et sa mère, Mae, 96 ans. Courtesy Arizona State University

Peterson Zah et sa mère, Mae, 96 ans. Courtesy Arizona State University

 

  • 1994 : Public Law 103-344, American Indian Religious Freedom Act Amendments, des amendements à la loi de 1978 sont rajoutés stipulant que tout Native-American est en droit de posséder, de transporter et d’utiliser du peyote en dehors de sa juridiction tribale.
  • 27 Avril 1997 : Le Department of Defense permet aux miliatires d’assister à des cérémonies de la Native American Church durant leurs permissions.
  • 2010 : La Native American Church va peut-être faire son entrée parmi le mouvement scout, une famille navajo militant pour la création d’un emblême scout aux couleurs de la NAC.

[1] Gorman Howard. « The Growing Peyote Cult and the Use of Peyote on the Navajo Indian Reservation », 18 mai 1940, Native Americans and the New Deal : The Office Files of John Collier, 1933-1945, University Publications of America, microfilm, rouleau 12.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *