Le Codex Hopiensis ou première classification des Kachina

Les Kachina sont des divinités honorées par les habitants des Pueblos situés principalement au Nouveau-Mexique mais aussi en Arizona.

Le terme « kachina » désigne aussi les poupées, sculptures ou masques conçus pour les représenter.

Lors de danses rituelles, les habitants des Pueblos – qu’ils soient issus des tribus Hopi, Zuni, Tewa ou Laguna (entre autres) – se griment en kachina et revêtent des tenues et parures extraordinaires, incarnant des esprits animaux ou des manifestations météorologiques. Le but de ces danses est de mettre en scène le kachina à des fins pédagogiques (afin de transmettre la connaissance aux enfants) mais aussi de s’attirer sa bienveillance afin d’assurer la croissance des récoltes.

La plupart des kachina sont intimement liés au cycle des saisons. Le Longhair Kachina – dont les cheveux représentent des trombes de pluie ruisselant sur les mesas – est particulièrement protecteur.

Si les représentations de kachina varient en fonction des époques et des artistes, une série de symboles récurrents permet d’établir une classification. Ainsi, il n’est pas rare de voir les visages ou corps des kachina décorés de nuages, d’arcs-en-ciel, ou de représentations stylisées d’insectes pollinisateurs.

Il existe plusieurs classifications. On pourra ainsi se référer à l’ouvrage d’Harold S. Colton (fondateur du Museum of Northern Arizona à Flagstaff), publié en 1949 et dont la seconde édition parue en 1959 s’est enrichie de 16 kachina supplémentaires. (voir la recension de Claude Lévi-Strauss)

Il y aussi cet excellent petit guide de Barton Wright qui détaille aussi les évolutions artistiques et offre des conseils pour acheter d’authentiques statuettes.

Mais si l’on veut remonter le plus loin dans le temps, on consultera les dessins du Codex Hopiensis, la toute première classification des Kachina établie par Jessie Walter Fewkes. Il recruta plusieurs membres des tribus observées pour réaliser les illustrations publiées dans Hopi Katcinas Drawn by Native Artists. The Smithsonian Institution; BAE Annual Report 1903 pp 3–126.

Dans son introduction, Fewkes indique que les artistes hopi sont : Kutcahonauu, ou White Bear, âgé d’environ 30 ans, son oncle, Homovi, Winuta, un ami du même âge qu’Homovi et un jeune homme dont le nom n’est pas mentionné, qui avait fréquenté un pensionnat du gouvernement à Lawrence, au Kansas.

Plusieurs illustrations ont été numérisées et sont consultables sur le site des archives virtuelles du Smithsonian.

Kachina, Tacab Tenebidji (Navaho Personage) Wearing Helmet Mask with Snout, Body Paint and in Costume; Kachina, Tacab Tebitcai (Navaho Talking God Grandfather) Wearing Helmet Mask with Corn Design in Costume and Carrying Bow, Arrows, and Sacred Meal Drawing, 1899, Courtesy of Smithsonian.

Kachina, Wupamau or Wupamo (Long Billed-Chief Kachina) Wearing Helmet Mask with Symbol of Sun, Body Paint, and in Costume And Carrying Bow, Arrow and Yucca Whip; Koyemsi (Mud-Head Clown) Wearing Bulb Mask, Body Paint, and with Lasso Around Wupamu Rain Drawing, Courtesy of Smithsonian.

Kachina, Hokyana or Angak’China Katcino (Long-Haired Kachina) (Distinguished from Anma by Peculiar Step in Dancing) Wearing Mask Body Paint and with Beard in Costume Carrying Pine Sprigs And Accompanied by Pucikputaka in Navaho Costume, Playing Drum Drawing. Courtesy of Smithsonian.

Kachina, Anma Kachina Manas (Maidens), 2, Grinding Corn Wearing Masks with Fringed Beads, Hourglass Hair Whorls, Grinding With Metate and Mano and Four Anya (Long Haired) Wearing Masks With Fringed Beads; Hehea (Clowns) Wearing Helmet Masks Drawing, Courtesy of Smithsonian.

Kachina, Kwacus Alek Taka or Kahaila (Zuni Hunter) Carrying Rattle; Alo Mana (Alek Taka’s Sister’s) in Dance Attitude; Both Wearing Masks in Costume, Carrying Spruce Sprigs (Some Navaho Attributes) Drawing, Courtesy of Smithsonian.

En France, les kachina ont été popularisées par André Breton qui les collectionnait.

Pour clore ce bref article, laissons plutôt la parole aux créateurs de kachina issus des différentes tribus Pueblo. Ils sont interviewés par Arizona Highways TV.

Facebooktwitterlinkedinrssyoutube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.